le syndrome de Paris qui frappe les japonais

Publié le par Petit Maki


Sacre Coeur church in Montmartre, Paris
Une douzaine de touristes  japonais par an doit être rapatrié de la capitale française, après avoir été victime du désormais « syndrome de Paris ».

Les touristes japonais "trop polis" souffriraient-ils lorsqu'ils découvrent que les parisiens peuvent être grossiers et que la ville ne répond pas à leurs espérances ?

L'expérience doit apparemment être trop stressante pour certains .

 

Réalité choquante

Plusieurs d'entre eux viennent avec une vision profondément romantique de Paris - les rues pavées, la beauté des femmes françaises, la culture française, le Louvre....

La réalité peut parfois être un choc.

Une rencontre avec un chauffeur de taxi grossier, ou un serveur parisien qui hurle aux clients qu'ils ne peuvent pas parler français "comme tout le monde", pourrait faire "sourire" toute autre personne étrangère .

Mais pour les Japonais - habitués à une société plus polie et plus serviable dans laquelle les voix restent posées même dans la colère - l'expérience de cette ville tant rêvée, peut simplement se transformer en véritable cauchemar.

Cette seule année, l'ambassade japonaise à Paris a dû rapatrier quatre personnes avec un médecin ou une infirmière à bord de l'avion pour les aider à surmonter le choc.

Paris street market
Une rencontre avec un parisien grossier peut être une expérience choquante
Ils souffraient du « syndrome de Paris ».

C'est un psychiatre japonais, travaillant en France, le professeur Hiroaki Ota, qui a identifié pour la première fois le syndrome, il y a environ 20 ans.

En moyenne, jusqu'à 12 touristes japonais en sont victimes, principalement  des femmes d'une trentaine d'années, pleines d'espoir et d'attente de ce qui est généralement leur premier voyage à l'étranger.

L'ambassade japonaise a mis en place une ligne directe 24 h/24  pour ceux qui souffrent du "choc de culture", et afin de soigner tout personne qui en aurait besoin.

Cependant, le seul traitement valable est de rentrer au Japon et ne jamais revenir à Paris.

Par Caroline Wyatt
Nouvelles de BBC, Paris

l

Publié dans Tōkyō

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article